karaocake

Karaocake // Interview

Dis donc c’est bien Karaocake. Oui, au spleen. Oui pour la musique gaie. Oui pour les mélodies superbes. Oui pour l’authenticité. Une interview ? Oh oui !

Karaocake, tout d’abord projet perso de Camille Chambon s’est enrichi de deux membres; et pas des moindres. Domotic et Tom Gagnaire. Un mail, deux mails, tac- c’est bon. Tout est fait, le rendez-vous est pris. Me voilà en route pour l’Autre Canal, la boule au ventre, le ventre dans le vent, le vent dans la ville de Nancy. Sur le chemin, je chante encore les douces ritournelles du groupe. Encore, une fois je me retrouve dans un état second, à mi chemin entre la douce niaiserie et la véritable joie de vivre. Cool.

C’est donc le pas gai que je me rends à l’interview. Le pas gai, d’accord, et pas encore de dégâts.  J’ai peur de dire n’importe quoi. Je me décide, faire de ma faiblesse une force; cette interview tombera en déliquescence d’elle-même. Jugez plutôt.

FYD: Bon j’étais parti sur des questions mais on va peut-être changer si vous voulez.

Camille: Comme tu veux. C’est toi qui vois.

Domotic: C’est tout par rapport à La Femme, c’est ça ?

FYD: Non, non, non. Quoique c’est intéressant de commencer par La Femme dans la mesure où ça vous est assez étranger.

Camille:  Oui eh bien, moi je les ai vu en direct, au Motel, un tout petit bar à Paris. Après moi les années 80 c’est pas du tout un truc qui m’intéresse.

Tom: Moi j’adore les années 80 !

FYD: Bon bien, on va commencer. Vous avez faim ?

Domotic: Non. Oh tu sais en tournée tu manges, tu bois, tu sais jamais quand.

FYD: Well, vous vous êtes rencontrés comment, au départ ?

Camille: Historiquement j’ai rencontré Stéphane (Domotic) d’abord. Parce que je connaissais sa musique, et j’avais rencontré un mec qui jouait avec, du coup on s’est rencontré comme ça. Et on a commencé à être ami, j’avais vraiment envie de faire de la musique avec lui, même si à l’époque je n’en faisais pas encore. Stéphane m’avait dit oui. Pour Tom, je l’ai rencontré à un concert en appartement  que j’organisais. On s’est revu après sur Lyon. Peu après il m’a laissé un message sur mon répondeur en chantant Change Of Plans. Je me suis dis « oula ».

FYD:  Qu’est ce qui vous a vraiment donné envie de jouer ensemble ? Qu’est ce que chacun apporte au groupe ?

Domotic: Camille s’est mise à faire de la musique toute seule, garageband, très lo-fi. Elle a maturé comme ça.

Tom: Mûri.

Domotic: Oui mûri, disons. Et voilà, et après j’ai vu ses concerts qui étaient cool à la release party de François Virot. Ah nan, un autre je crois, où tu jouais avec Jeff. Le son était super saturé, c’était cool. Après c’est un mec du label qui est vraiment à l’initiative du truc..

Camille: ..ouais c’est ça.

Domotic: Il nous a proposé de travailler ensemble pour de bon, par petites touches. On a fait une démo dans ma chambre, c’était naturellement cool, on a chanté ensemble dès le début.

Camille: Et la deuxième partie de l’album on l’a faite..

Domotic: ..chez Tom, chez ses parents. Dans une maison à la campagne. L’idée de départ c’était vraiment de faire juste un disque au départ.

Camille: Par ailleurs, j’ai toujours voulu le jouer en concert avec eux.

FYD: Vous faites de la pop ?

Camille: Ouais.

Domotic: Ouais.

Tom: Ouais.

FYD: Okay, ça c’est clair. Votre inspiration pop, elle vient d’où ? Votre artiste fétiche, en fait.

Domotic: Moi c’est les Beatles.

Camille: Moi aussi, j’ai appris l’anglais en écoutant les Beatles. C’est à cause de ça aussi que j’ai fait des études d’anglais.

Domotic: Après il y en a d’autres aussi.

FYD: Et pour vous, c’est quoi la pop ?

Camille: La recherche de la mélodie..

Domotic: ..un morceau où la mélodie est centrale. Même si il y a de l’ambiant dans notre musique aussi.

FYD: Êtes-vous politisés ?

Domotic: Moi non.

Tom: Oui, moi oui.

Domotic: On est à fond derrière Marine Le Pen. Pour de vrai, on est très blasé.

FYD: Êtes-vous progressistes ?

Camille: Non, pas  du tout. On est complètement réac’. Globalement, musicalement, c’était mieux avant. J’ai peur des nouvelles technologies.

FYD: Des Japonnais ?

Camille: Non plus de la Chine ! Non vraiment, j’ai peur de la désinformation. On était mieux habillés dans les années 50. Je suis réac’ jusqu’à la moelle.

FYD: Vous m’avez l’air bien français.

Camille: Carrément, mais pas fiers de l’être..

Domotic: ..pas spécifiquement en fait.

FYD: Et l’Art ? Faire de la musique c’est faire de l’Art d’après vous ?

Domotic: Carrément, il y a une recherche du Beau. Les clips, les visu’, tout nous intéresse.

FYD: Et ça passe forcément par un contrôle total, l’Art ?

Domotic: Pour moi ouais, vraiment. Même si on aime beaucoup les accidents aussi.

Camille: Oui développer une idée dans un morceau finalement. On n’est pas vraiment art contemporain.

FYD: Et votre idée de l’Art alors ?

Tom: Quelque chose d’universel, pour moi.

Domotic: Moi je pense pas, c’est juste la recherche de la Beauté.

Tom: La Beauté dans les détails.

Camille: On fait pas de la musique pour faire la fête. Comme Broadcast tu vois, pour moi c’est plein de références, ça c’est de l’Art. Typiquement littéraire.

Domotic: Pas forcément cérébral hein.

Tom: Il se trouve que c’est d’une manière inconséquente qu’ils ont réussi à faire ça. Pour moi c’est la meilleure façon pour l’auditeur de te cerner.

FYD: On va finir sur ce beau mot, merci beaucoup. Beau.

Retrouvez Karaocake ici.

Leave a Comment